0800 925 13

Les oubliés de la crise

Le secteur funéraire se sent laissé pour compte!

Nous vivons avec le covid-19 depuis des mois et il est logique que cela soit pris au sérieux étant donné la forte contagiosité avec éventuellement une mortalité plus élevée.

Depuis des mois, nous essayons de donner une place au secteur funéraire avec Funebra.
C’est exactement la procession d’Echternach, trois pas en avant, deux pas en arrière.
Je compati avec tous nos entrepreneurs, mais en particulier avec nos collègues qui vivent quelque part sur une frontière et sont confrontés à des lignes directrices différentes selon la région ou la province.
«1 escouade de 11 millions» est difficile à défendre lorsque les règles sont différentes selon la région.
 
À travers cette lettre, je veux attirer l’attention sur ce qui se passe dans le secteur:
– Depuis novembre, le secteur funéraire serait éligible aux tests rapides. Le déploiement n’est pas si simple. Le test n’a toujours pas commencé après 3 mois et aujourd’hui il faut d’abord prouver que nous avons été en contact avec une personne potentiellement infectée.
– Concernant les vaccins: malgré des demandes répétées, il n’y a toujours pas eu de réponse. D’abord les personnes âgées, les soins, la police et les groupes à risque. Si nous appartenons à ce dernier n’est pas clair, sauf si vous souffrez probablement d’hypertension artérielle ou d’obésité.

Bonne nouvelle en Wallonie, où il a été décidé que ce serait le tour des pompes funèbres avec le secteur de la santé à la fin février et début mars (à voir).

– Selon les responsables politiques, les arrêtés ministériels sont limpides: «L’arrêté ministériel limite le nombre de participants à un maximum de 15 personnes, enfants jusqu’à 12 ans inclus, ainsi que le personnel et l’encadrement, non comptés, à condition que la distance règles, l’obligation des masques et l’interdiction d’exposer le corps lors des funérailles et des crémations.
Mais depuis l’AM du 26 janvier 2021, cela signifie qu’une seule cérémonie funéraire peut être organisée à la fois, quel que soit le nombre de salles, au sein d’un bâtiment de culte. Un salon funéraire / auditorium ou crématorium est-il un lieu de culte? C’est au moins un bâtiment.

Des décisions plus incompréhensibles: la ligne directrice sur www.info-coronavirus.be est claire: «le seul changement efficace à la suite de ce AM est la limitation du nombre de personnes qui ne sont pas incluses dans ce maximum de 15 personnes:
à partir de 27 /01/2021 cela ne s’applique qu’au prêtre et aux enfants jusqu’à 12 ans inclus, donc PAS plus pour l’organiste qui doit (encore) être compté dans le nombre maximum de 15 personnes présentes dans le lieu de culte (comme avant même si c’était le cas pour des conférenciers / chanteurs / serveurs d’autel de plus de 12 ans).
Ce que les décideurs ont écrit et ce qu’ils veulent dire n’est donc pas cohérent et cela ne peut pas être l’intention.
Par conséquent, nous demandons de revoir cela pour les funérailles. Aucune réponse à ce jour.
Cela crée des situations absurdes où dire au revoir devient encore plus difficile.
– En Flandre, le deuxième avis obligatoire du médecin sera annulé jusqu’au 30 avril 2021 pour la crémation:
o si le décès survient dans un hôpital ou dans une maison de retraite en Région flamande;
o si le décès survient en dehors d’un hôpital ou d’une maison de retraite de la Région flamande et que le médecin traitant ou le médecin qui constate le décès confirme que le décès est dû au virus corona.
En Wallonie plus de 2ème medécin depuis le 2 janvier mais de nouveau récemment.
Pourquoi pas à Bruxelles? Les défunts y sont-ils moins contagieux?

Changer constamment les décisions ne profite pas à la clarté.
– Les points ci-dessus remettent en question le caractère raisonnable de toute l’histoire. Les médias, les politiciens et les experts nous battent tous les jours avec des règles strictes qui indiquent que le covid-19 est un virus très dangereux. Mais si vous lisez ensuite les directives de Sciensano, la clarté est à nouveau perdue. Covid est-il une maladie contagieuse ou non?
Qu’en est-il de la santé de nos directeurs funéraires?
o Gardez le corps à domicile est interdite.
o Le défunt Covid-19 peut être accueilli mais les proches sont priés de ne pas toucher le corps. Après l’accueil, la pièce doit être soigneusement ventilée, nettoyée et désinfectée. Si possible, il est recommandé que les soins ne soient administrés qu’après 3 jours, afin de minimiser le risque d’exposition au virus, mais il n’y a aucune certitude à ce sujet. Absurde car la plupart des funérailles ont lieu dans les 3 à 4 jours.
o En raison de la survie «possible» du virus dans l’environnement pendant plusieurs jours, la pièce dans laquelle la personne est décédée et la pièce utilisée pour préparer un corp doivent être soigneusement nettoyées avant d’être réutilisées. Il est important de nettoyer toutes les surfaces.
 
Les virologues se spécialisent dans les virus, mais pas dans les humains, c’est maintenant clair.

D’où mon appel à la politique.
Concentrez-vous davantage sur les gens plutôt que sur le virus.
Ayez le courage d’aller à la nuance et à l’équilibre, à des mesures compréhensibles et significatives qui ont le même effet sur le virus que ce qui se fait actuellement, mais qui sont au moins viables.
De même, la règle d’un maximum de 15 personnes sur un enterrement est inhumaine.
Ce nombre est évident lorsqu’il s’agit d’une petite famille, mais souvent nous voyons des tragédies humaines parce que les personnes au premier ou au deuxième degré sont exclus.
Quand vous voyez les bus bondés, les tramways ou le hall d’arrivée contrôlé par le gouvernement à Zaventem, cela est étonnant et incompréhensible.

Un manque total de compréhension et de respect pour nos familles en deuil.
Avec tout le respect pour les autres secteurs, mais dire “au revoir” à un être cher est un moment «unique dans une vie» avec un impact émotionnel et psychologique durable sur le plus proches et non un instantané pour «un bon sentiment».
Attendez un moment, dit-on actuellement. Attendez jusqu’à quand? Jusqu’à ce que tout le monde soit vacciné? Et qu’en est-il des infections qui en découlent?

Les directeurs de funérailles ont également droit à une communication et une information claires sur les attentes et nos familles en deuil ont plus que quiconque le droit d’être traitée humainement.
 
Cordialement.

Johan DEXTERS
président FUNEBRA

Rétrolien depuis votre site.